sábado, 8 de setembro de 2012

Courrier international

NEUROLOGIEMaladie de Machado-Joseph : un traitement prometteur

Des scientifiques portugais ont réussi à freiner chez le rat la progression de cette maladie neurodégénérative rare.

 Ana Gerschenfeld | Público

L'équipe de scientifiques de à l'origine des recherches sur maladie de Machado-Joseph - Université de Coimbra

L'équipe de scientifiques de à l'origine des recherches sur maladie de Machado-Joseph - Université de Coimbra

Une équipe de scientifiques de l’université de Coimbra (Portugal) a réussi à identifier et à inhiber, chez le rat, un des mécanismes de base responsables de la dégénérescence cérébrale qui caractérise la terrible maladie de Machado-Joseph. Ses résultats pourraient ouvrir la voie au premier traitement efficace de cette maladie génétique, relativement rare, mais qui affecte une personne sur 4 000 d’ascendance portugaise en Nouvelle-Angleterre [région composée de six Etats, dans le nord-est des Etats-Unis] et qui sévit principalement sur l’île de Flores, aux Açores, touchant une personne sur 140.



Depuis 1972, les noms de famille de deux Açoriens sont liés pour toujours à cette maladie qui atteint le cervelet – structure de la partie postérieure de l’encéphale essentielle pour la coordination motrice, le tonus musculaire et le contrôle de l’équilibre.

La maladie de Machado-Joseph, également connue sous le nom d’ataxie spinocérébelleuse de type 3, est progressive et incurable. Elle est due à la mutation d’un seul gène et il suffit que l’un des parents en soit porteur pour que les enfants aient une probabilité de 50 % d’être atteints de cette maladie. Elle peut surgir à n’importe quel moment de l’existence et présente des symptômes plus ou moins graves.

“Cela pourrait être suffisant pour empêcher la maladie d’apparaître”


En général, elle entraîne la perte de contrôle des membres et une rigidité musculaire. D’autres manifestations sont possibles – spasmes musculaires, problèmes de déglutition, troubles de la vision, du sommeil ou encore problèmes cognitifs. En outre, la gravité de la maladie augmente de génération en génération.Le gène muté à l’origine de la maladie présente une répétition anormalement élevée d’une petite séquence d’ADN, ce qui donne naissance à une protéine anormale – l’ataxine-3. Celle-ci forme des dépôts dans les neurones, entraînant leur dégénérescence. Les spécialistes suspectaient déjà que la protéine mutée, en se fragmentant, provoquait la formation des dépôts. Désormais, l’équipe de Coimbra a réussi à confirmer que ce processus et la dégénérescence cérébrale sont liés. Plus précisément, les scientifiques ont montré que l’ataxine-3 mutante est découpée en morceaux par une molécule appelée calpaïne. Lorsqu’elle est inactivée, les fragments neurotoxiques disparaissent et la destruction cérébrale est stoppée – ce qui peut signifier la découverte potentielle d’un moyen de freiner ce processus. “Même si nous ne parvenons pas à prévenir totalement la fragmentation de l’ataxine-3, le fait qu’elle soit ralentie pourrait être suffisant pour empêcher que la maladie surgisse au cours de l’existence d’un malade, ce qui représenterait une incroyable victoire”, affirme Luís Pereira de Almeida, responsable de l’équipe du Centre de neurosciences de l’université, qui vient de publier son travail dans la revue Brain.

Enviar um comentário